Login  
 
0 vote

Par Commentaires pour Agriculture et Agroalimentaire au Bénin le 24/09/2012 à 09:56 Voir l'article

Comme d’habitude, l’Etat béninois met chaque année à la disposition de la population béninoise des tonnes de riz à prix subventionnée afin de soulager la souffrance des Béninois les plus pauvres.
En effet, cette opération vise à aider les béninois les plus pauvres à pouvoir traverser le temps de crise (temps allant de la saison sèche à la premières récolte) ; bien que cette année les statistiques du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) montrent que le Bénin est à l’abri d’une crise alimentaire. Pour cela, un comité présidé par M. Gratien HOUNGBEDJI a été mis sur pied afin de réaliser en collaboration avec l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (ONASA), la distribution de 2950 tonnes de riz au prix subventionné de 200fcfa/kG.

Cette opération d’un montant de 1.272.680.000fcfa durera 03 mois. Il convient de rappeler ici que l’ONASA joue le rôle de « grenier national » en garantissant un stock de sécurité pour le Bénin en cas de crise alimentaire.
Mais de cette opération, deux schémas se dessinent :
1-    Aux dires du président du comité en charge de cette opération et du message signé de la présidence de la République, le riz qui sera mis à la disposition de la population béninoise est produit sur le territoire béninois grâce aux paysans valeureux. Ce qui amènera les Béninois à apprendre à consommer « Made in Benin ». Chose normale et très intéressante car non seulement c’est la première fois que cela se fait au Bénin mais ça permettra de sauver le Bénin (en incitant les paysans à produire plus).
2-    Pour certains Béninois, le riz qui sera mis à la disposition des Béninois les plus pauvres proviendrait du don japonais ou du moins la plus grande partie de ce riz proviendrait du don japonais car l’Etat a l’habitude de le faire chaque année et d’ailleurs cette année, le Japon nous en a fait malgré le tsunami dont il a été victime. Par ailleurs, l’ONASA n’aurait pas jusqu’à 2950 tonnes de riz  dans ses stocks. Ce qui alors nous amène à dire que cette opération servirait à tuer les Béninois au lieu de les sauver.
Si le schéma 2 s’avérait réel et vrai, peut-on vouloir sauver des Béninois en tuant d’autres (les paysans par conséquent l’économie du pays) qui s’échinent sous le soleil à produire du riz ? Quand finirons-nous par ne plus recevoir du don du riz du japon qui met à mal l’écoulement du riz « Made in Benin » réputé pour ses caractéristiques organoleptiques ?