Login  
 
0 vote

Par Dans l'univers de la politique au Bénin le 26/12/2014 à 15:32 Voir l'article

Depuis quelques semaines, les étudiants de l’université d’Abomey-Calavi sont en grève. Ils disent non à l’arrêté du recteur, qui a porté à 15 000 FCFA les frais de scolarité pour les étudiants n’ayant pas validé leur année et voulant se réinscrire. Ces frais d’inscription, instaurés au début de l’année 2014, doivent aussi être payés par les élèves qui veulent s’inscrire dans un deuxième cursus de front, dans la même année. Pour manifester leur mécontentement, certains responsables d’étudiants ont chassé leur collègue du cours. Ils ont déclenché l’opération Campus Mort. 

campus

Credit photo: http://fr.africatime.com/

Ainsi les forces de l’ordre (police et gendarme) ont pris d’assaut le campus. Ils dispersent les manifestant à cours de matraque, de gaz lacrymogène. Certains d’entre eux lancent des cailloux aux étudiants. Pour riposter les étudiants ont brulé des pneux dans l’enceinte du campus, sur la voie inter état.  On constate avec amertume, des actes de vandalisme au sein du campus.

Dans cette situation délétère qui dure depuis environs quatre semaines, force est de constater que le dispositif sécuritaire s’est renforcé. Aujourd’hui en y faisant un tour j’ai constaté qu’il y a un dispositif militaire impressionnant. Dans chaque coin se trouve un policier ou un gendarme. Les gendarmes sont armés jusqu’aux os. Ils sont assis sous les arbres. Ils sont devant le restaurant U. On les rencontre dans tous les recoins du campus. Des véhicules comportant au moins une douzaine de policiers sont installés dans quelques coins. Au niveau de la faculté des sciences agronomiques, un véhicule est garé là. On dirait que les étudiants béninois sont devenus des membres de BOKO HARAM pour qu’on observe ce dispositif là. Je ne pouvais pas prendre une photo car moi même je suis déjà effrayé.