Login  
 
0 vote

Par Site officiel du gouvernement du Bénin le 20/05/2015 à 23:33 Voir l'article

MESSAGE DE CONDOLEANCES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LA MEMOIRE DU REGRETTE PROFESSEUR JEAN PLIYA

Notre pays le Bénin, vient de perdre, en la personne du professeur Jean PLIYA, un de ses éminents fils, une  des figures marquantes de son histoire récente.

La disparition d’une personnalité de cette envergure mérite bien les hommages de la Nation pour ce que le Professeur Jean PLIYA  représente pour le Bénin en particulier et pour l’Afrique en général.

Les enfants du  Bénin et d’Afrique qui sont allés à l’école, ont connu  sans doute, le Professeur  Jean PLIYA à travers ses publications littéraires.

En ces ultimes moments où nous nous  inclinons devant sa mémoire, nous nous souviendrons pour toujours de ses œuvres qui sont l’héritage immortel légué à nous ses contemporains et à la postérité.

Les œuvres du Professeur Jean PLIYA rendent témoignage à sa vie et à sa profonde personnalité. Une vie intense qui ne peut-être appréhendée qu’à travers les trois dimensions de l’l’homme. Le Professeur Jean PLIYA fut à la fois  un homme de Sciences, un homme de Culture et un homme de Foi. 

Un homme de Sciences parce que le Bénin lui doit d’importantes publications  dans le domaine de l’histoire et de la Géographie dont le Manuel  très célèbre   dénommé « LE BENIN ». Un homme de Sciences également parce que la postérité lui doit les travaux de recherche dans les domaines de la Nutrition et de la Phytothérapie. Ce qui fait du Professeur Jean PLIYA un Tradi-Thérapeute de renommée internationale.

Un homme de Culture parce qu’il est  connu dans le monde entier pour ses œuvres littéraires  considérées comme les classiques de la littérature béninoise et embrassant les genres majeurs  de la littérature notamment  les  Poèmes, les Nouvelles, le Théâtre, les Romans et  les Essais. La plupart de ses ouvrages sont inscrits dans les programmes scolaires au Bénin et dans plusieurs pays africains d’expression française  et continuent  d’être des outils  pour la formation intellectuelle de plusieurs générations d’enfants béninois et africains. Les plus célèbres de ses œuvres littéraires sont « Kondo le Requin » qui a reçu le Grand Prix  Littéraire d’Afrique Noire en 1967, La Secrétaire particulière, Les Tresseurs de corde, L’Arbre Fétiche etc.

Un homme de Foi  parce qu’il a accordé une place de choix à Dieu dans sa vie et consacré son énergie à former une génération de Béninois et d’Africains  sur le  plan spirituel pour  gagner des âmes à Dieu. Le Professeur Jean PLIYA laisse derrière lui un témoignage intarissable de Berger de Dieu et de Précurseur du Mouvement œcuménique dénommé « Le Renouveau charismatique » ayant créé à partir de 1975 un nouvel éveil spirituel et un nouveau type d’évangélisation au sein de l’Eglise catholique Romaine.

La Nation rend hommage également à la mémoire d’un infatigable artisan de paix et d’une personnalité forte qui laisse en héritage au peuple béninois les valeurs cardinales, rares de nos jours, que sont:

  • La quête permanente de l’excellence
  • La probité intellectuelle et morale, c’est-à- dire la recherche en toute circonstance de la vérité, de l’honnêteté et  de la culture de l’éthique
  • L’humilité
  • La persévérance et la crainte de Dieu

La Nation lui reconnait  aussi  son rôle déterminant  dans l’élaboration de la charte  Nationale pour la Gouvernance de Développement dans le cadre du réarmement moral et civique  de la société béninoise.

Il n’y a pas de doute,  qu’après une vie aussi bien remplie et mise  au service de l’homme, que la Nation  béninoise et l’Afrique  rendent  un hommage mérité à l’illustre disparu.

En cette douloureuse circonstance, je présente, au nom de la Nation Béninoise, mes condoléances les plus attristées à la famille éplorée, notamment à son épouse  et à ses enfants. Que sa vie exemplaire et ses œuvres soient une source d’inspiration pour la jeunesse béninoise et africaine.

Je ne doute pas que le Père céleste lui accordera sa Miséricorde infinie et l’accueillera favorablement  dans son royaume.

Repose en Paix,  Papa.

Fait à Cotonou le 18 Mai 2015