Login  
 
0 vote

Par BeninWeb le 13/04/2015 à 11:32 Voir l'article

AMBASSADE DU BENIN A LIBREVILLELe Bénin est un pays de paix et de tolérance, qui œuvre au quotidien à la promotion de la démocratie, le respect des droits de l’homme et de la personne humaine, ainsi que la sécurité des personnes et des biens sur son territoire sans distinction de nationalité.

Le Gouvernement du Bénin s’est toujours réjoui de l’excellence des relations d’amitié et de fraternité qui lient les peuples béninois et gabonais et notre diplomatie a toujours œuvré dans le sens de leur renforcement.

Cependant, à  la suite du décès de l’opposant gabonais M. Mba Obame survenu ce jour 12 Avril 2015, des manifestants déchainés ont attaqué et incendié la Représentation diplomatique du Bénin à Libreville. Il s’agit là d’un acte inacceptable et d’une rare gravité dans les relations entre Etats, quel qu’en soit les motivations. La sécurité des missions diplomatiques et la protection de leur personnel sont de la responsabilité des gouvernements accréditaires.

Face à une telle situation, le gouvernement béninois a décidé d’élever une vive protestation contre les agissements inamicaux qui ont conduit à l’incident inadmissible et malheureux de ce jour et de demander en conséquence des explications officielles au gouvernement gabonais sur les tenants et les aboutissants d’une telle atteinte au principe universel de l’inviolabilité des missions diplomatiques consacré par différentes conventions internationales.

Dès lors, le gouvernement béninois demande au gouvernement gabonais de prendre toutes les dispositions adéquates pour assurer la sécurité des Béninois résidant sur l’ensemble du territoire gabonais ainsi que leurs biens.

Enfin, le Gouvernement béninois lance un appel à tous nos compatriotes résidant au Gabon, afin qu’ils prennent les dispositions nécessaires pour se mettre à l’abri des actes de vandalisme et de violence orchestrés par des groupes de manifestants incontrôlés.

Le Bénin reste attaché aux relations d’amitiés et de solidarité entre les peuples béninois et gabonais et salue l’hospitalité légendaire accordée de tout temps à nos compatriotes.

Fait à Cotonou, le 12 Avril 2015

 
0 vote

Par BeninWeb le 25/03/2015 à 15:36 Voir l'article

FCBEEn bon stratège Boni Yayi occupe un peu partout le terrain

Après le positionnement pour les législatives bon nombre de Béninois s’est posé la question de savoir sur quoi comptait Boni Yayi pour se permettre cette liberté. En effet pour les législatives alors qu’on croyait qu’avec les départs de certains gros morceaux, la mouvance allait compter sur ceux qui sont restés. Mais contre toute attente, le leader des cauris a non seulement laissé la plupart de ses députés sur les carreaux et sur la soixantaine de maires qui se réclament de la mouvance seulement une dizaine a pu se faire une place sur la liste. Dans certaines circonscriptions, il s’est permis des risques ou même une certaine fantaisie du genre ministre suppléant ou des gens pas trop populaires à l’image de Valentin Djènontin dans la seizième. Au regard de l’actualité de ces derniers jours on comprend aisément que Boni Yayi avait sa logique. Visiblement pour le président de. la République, la logique qui veut qu’on ne change pas l’équipe qui gagne n’a pas un sens. Dans sa démarche on peut comprendre que selon lui plus que l’équipe, ce qui vaut pour la victoire c’est surtout et avant tout la stratégie la preuve aussitôt la liste déposée, comme à la veille de toutes les consultations électorales depuis qu’il est là, il a pris son bâton de pèlerin et parcourt monts et vallée pour charmer les populations. Il n’y a plus de jour où il ne soit pas dans une localité pour lancer ou réceptionner un chantier. Les micro crédits seuls, ne suffisant plus pour faire l’affaire,  Boni Yayi apporte la lumière et l’eau potable partout et profite de l’occasion de ses lancements pour faire des promesses et battre un peu campagne. Dans certaines localités la démarche prend même l’allure d’un vrai chantage électoral.  A Parakou alors que le rendez-vous était pris pour faire un bilan a mi parcourt de la campagne d’égrenage du coton, Boni Yayi a trouvé une formule pour montrer aux populations qui ne cessaient d’applaudir un Eustache Kotigan qu’il reste le seul maitre à bord. « Ils disent que je suis fini, ils se trompent. Ils viennent raconter des coups parce qu’ils veulent des députés. Les élections vont passer et quand vous aurez besoin d’eau potable, de l’électricité et des routes vous viendrez encore me voir ….. » A-t-il lâché au passage. La dernière fois à Kalalé alors qu’il était parti pour l’électrification rurale, il n’a pas manqué là aussi de savonner la liste Soleil. A toutes ces occasions, il montre son attachement à la population et s’arrange pour jouer au plus humble. Un tout au marché Guèma de Parakou, la remise des bus et un discours sur les actions menées par le gouvernement à l’endroit des jeunes à l’université de Parakou, les bains de foules, l’expression des talents de percussionniste bref tous les moyens sont bons pour lui ces derniers jours. Par le passé cette stratégie n’a pas manqué de porter des fruits. Mais étant donné que le contexte a changé, que dans la tête des Béninois c’est plus qu’inscrire qu’il n’a plus qu’un an à faire à la Marina on peut se demander si cette stratégie ne va pas montrer ses limites cette fois-ci.

Constant GBOWELE

 
0 vote

Par BeninWeb le 25/03/2015 à 15:31 Voir l'article

YAYI MonoQue propose l’opposition à part le débat sur la révision ?

L’opposition béninoise est  littéralement en panne d’inspiration et cruellement à court d’idée. Par suite, s’accroche désespérément à la question d’un éventuel amendement de la constitution, depuis qu’elle a été évoquée par les Forces cauris pour un Bénin émergent, cet ensemble politique qui soutient les actions de chef de l’Etat. Elle n’a visiblement pas d’autre choix que d’entretenir le dilatoire autour de cette question plutôt subsidiaire, et de faire de la masturbation politique pour tromper les populations. En effet, les adversaires de Boni Yayi ne veulent, pour rien au monde, prendre le risque de l’affronter sur les vrais débats de développement qui préoccupent bien plus que tout, les Béninois. Et pour cause. Sur ce terrain, il n’y a pas match. Ils sont vides et n’ont aucun argument de taille à faire valoir. Boni Yayi les bat à plate couture. Pour tout dire, il leur a cloué définitivement le bec les rendant du coup, aphone au plé’~ économique, au plan du développement, au sujet de la réalisation des infrastructures, l’éducation, la santé, micro-finance aux plus pauvres, gratuité de la césarienne, gratuité de l’enseignement primaire, le paiement à bonne date des salaires et le respect des engagements sociaux. Les forces politiques de l’opposition n’ont rien à redire sur les programmes économiques et sociaux de Boni Yayi. Idem pour ce qui concerne les scores et rangs du Bénin dans la sous-région et au sein du concert des nations qui donnent la peur aux détracteurs du régime Yayi. Lorsqu’on enlève le débat sur l’amendement de la constitution et le  » partira, partira pas de Yayi Boni « , le débat politique est anémié. Et au regard de tout ça. le constat est tout simplement lamentablement amer pour l’opposition. C’est décevant qu’à quelques jours de grands rendez-vous électoraux comme ceux que nous nous préparons à honorer, aucun parti politique de l’opposition ou alliance politique ne propose aucune alternative plausible, aucune proposition pour des lois dans le sens d’améliorer le contenu du panier de la ménagère dans notre pays. De même, aucun projet de société ne propose un bien et mieux-être aux Béninois et il n’y a aucune proposition de loi pour juguler le problème de chômage des jeunes. Bref, outre le colportage des ragots de rue sur le départ ou non de Boni Yayi en 2016 et l’amendement de la constitution qui laisserait place à une hypothétique nouvelle république, les acteurs politiques, détracteurs de Boni Yayi, ne proposent rien pour faire mieux que lui. Et c’est en cela que les Béninois qui, légitimement, aspirent chaque jour peu plus à de meilleures conditions de vie, sont tous interpellés. Ils doivent rester vigilants pour débusquer ces saprophytes politiques qui veulent vivre à leurs dépens. Les populations doivent éviter de tomber dans le piège fatal de ces prestidigitateurs politiques qui tentent de leur faire prendre les vessies pour des lanternes.

Christian MAHOUVI – Notre Temps

 
0 vote

Par BeninWeb le 05/03/2015 à 17:32 Voir l'article

LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, LE PROFESSEUR MATHURIN COFFI NAGO SE MONTRE TRÈS CRITIQUE DEPUIS QUELQUES TEMPS FACE AU PROJET DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION DU BÉNIN. SA POSITION RADICALE CONTRE CE PROJET À INSPIRÉ LA RÉDACTION DE VOTRE JOURNAL QUI S’EST LIVRÉ À UN TRAVAIL DE RÉTROSPECTION DES DIVERSES POSITIONS EXPRIMÉES SUR LA QUESTION DEPUIS QUE CE PROJET À VU LE JOUR. TOUT LAISSE VOIR QUE L’ACTUEL PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE S’EST JUSTE LIVRÉ À UN EXERCICE DE REVIREMENT DU MOINS SPECTACULAIRE.

Que Mathurin Nago déclare inopportune la révision de la Constitution du Il décembre 1990, c’est ce qu’on appelle en français courant Volte-face, et  » retournement de veste » en français politique. Comment cela a-t-il peut! échapper au professeur Nago? Les archivistes de l’Assemblée nationale auraient pu lui rafraîchir la mémoire sur la question. Malheureusement tout le monde semble avoir mal fait son travail là-bas. Et pour cause Le 7 juin 2013 la deuxième personnalité de l’Etat en la personne du président de l’Assemblée nationale écrivait au chef ‘de l’Etat au sujet de la bonne réception de son courrier qui saisissait la représentation nationale aux fins de procéder à l’étude de ce projet de révision de constitution. Dans cette réponse de l’Assemblée nationale au président du Bénin, on pouvait lire à l’entame « Je note par ailleurs que les trois principales innovations du projet de révision répondent parfaitement aux préoccupations de la classe politique béninoise, toutes tendances confondues. »On voit donc transparaître l’unité d’esprit que développait le président de l’Assemblée nationale avec Boni Yayi. Mais comment tout ceci a pu changer lorsque des dissensions sont nées entre les deux hommes? Doit-on en conclure que le professeur Nago préfère faire passer ses intérêts personnels au-dessus des intérêts que lui-même reconnaît comme faisant l’unanimité des Béninois, de la classe politique? Le professeur est-il dans la logique qui veut que lorsque les intérêts personnels, partisans et politiques sont menacés, alors on s’oppose aux projets porteurs de la République? Oui, Nago reconnaissait il y a quelques mois que le projet de révision de la Constitution est primordial pour le Bénin en marche vers le développement, et que le chef de l’Etat faisait bien de l’initier. Dans cette correspondance du 7 juin 2013 on pouvait aussi lire ces points importants qui ont requis l’adhésion et l’admiration de Nago. « Il s’agit de: la création et la constitutionnalisation de la Cour des Comptes, la constitutionnalisation de la commission électorale nationale autonome (Cena), l’imprescriptibilité des crimes économiques dans le cadre de la moralisation de la vie publique et de la lutte contre la corruption. ». Le comportement constaté au niveau de Mathurin Nago depuis quelques temps sur cette question de révision de la constitution est réellement contradictoire. Car on pouvait’ aussi lire dans ce courrier (sus cité) face à ce projet de révision de- la Constitution: « Au total, le contenu du projet de revis Ion de la Constitution du Il décembre 1990 traduit, à n’en point douter, à la fois votre volonté de respecter les acquis fondamentaux de la Conférence Nationale de février 1990, votre détermination à contribuer de façon significative au renforcement et à l’enracinement de la démocratie et votre souci de moderniser le système politique au Bénin ». Alors intérêt personnel, quand tu nous tiens! (Lire la lettre de Nage il Yavi)

Claude ALOFA – L’informateur

 
0 vote

Par BeninWeb le 05/03/2015 à 17:22 Voir l'article

Nago inquietMathurin Nago serait en train de mentir au peuple béninois en clamant maintenant que son désaccord par rapport à la révision de la constitution Il avait bel et bien donné son accord pour la révision la constitution du 11 Décembre 1990. Les Béninois veulent entendre son discours sur la révision de la constitution. Sa position reste ambigüe, superflue et frise le mensonge d’Etat. Il est lié enchaîné par la mafia cotonnière et portuaire. La révision de la Constitution telle que proposée par Boni YAYI ne bascule pas le pays dans une nouvelle République. Elle ne changera pas les fondamentaux de la démocratie à savoir: limitation d’âge, nombre de mandats, intégrité territoriale, laïcité et la forme républicaine de l’Etat. Elle induit des réformes tells que: la création et constitutionnalisation de cour des comptes, ta constitutionnalisation de la Commission Electorale Nationale Autonome, l’imprescriptibilité des crimes économiques dans le cadre de la moralisation de la vie publique et de la lutte contre la corruption. Le mandat du chef de l’état ne finit pas le 26 avril, il a besoin d’une majorité pour suivre l’exécution son projet de développement. Le chef de la mafia, dans sa fuite, a créé un préjudice économique énorme aux institutions financières du pays ( les banques) en leur soufflant 50 milliards de nos francs.
 
0 vote

Par BeninWeb le 05/03/2015 à 17:18 Voir l'article

Mathurin Coffi Nago ne dit pas la vérité au peuple béninois dans ce dossier à rebondissements de la révision de la loi fondamentale du  décembre 1990. Si aujourd’hui, il se défend de ne jamais vouloir soutenir une, « révision opportuniste de la constitution », il avait pourtant bel et bien donné son accord pour cette même révision de la constitution. Ses nombreux échanges de correspondances édifiantes avec le chef de l’Etat à cet effet, en disent long. Son revirement spectaculaire et son bégaiement à propos de ce dossier, jette définitivement un flou sur ce dernier. L’heure est à la clarification et les Béninois l’interpellent pour qu’il lève définitivement l’équivoque sur ce dossier d’envergure et hautement d’intérêt national. Ses compatriotes veulent une fois pour de bon entendre son discours sur la révision de la constitution étant donné que sa position reste à ce sujet, ambiguë, superflue et frise le mensonge d’Etat. Depuis qu’il devient chancelant dans ses discours relatifs à la révision de la constitution, bien des Béninois estiment que la deuxième personnalité de l’Etat est plutôt lié et enchaîné par la ‘mafia cotonnière et portuaire. Car, à la vérité, la révision de la constitution telle que proposée par Boni Yayi n’a rien de menaçant pour la survie de notre démocratie. La proposition de Boni Yayi ne bascule pas le pays dans une nouvelle République comme semblent s’en inquiéter certains apprentis sorciers, pêcheurs en eaux troubles, spécialistes de la délation, la désinformation et de l’intoxication. Elle ne changera pas les fondamentaux de la démocratie à savoir, la limitation d’âge, le nombre de mandats, l’intégrité territoriale, la laïcité et la forme républicaine de l’Etat. Mais plutôt, elle induit des réformes telles que la création et la constitutionnalisation de la cour des comptes, la constitutionnalisation de la Commission Electorale Nationale Autonome; l’imprescriptibilité des crimes économiques dans le cadre de la moralisation de la vie publique et de la lute contre la corruption. Et comme le chef de la mafia cotonnière n’a aucun intérêt à ce qu’on en arrive là, tout est donc bloqué à cause de lui. Mais les Béninois ne doivent pas céder à la fatalité. Ils ont encore toutes leurs cartes en mains pour vaincre cette dernière et changer le cours de leur vie. Ils doivent se rendre à l’évidence que le mandai du chef de l’Etat ne finit pas le 26 avril. Et que par conséquent, il a besoin d’une majorité pour suivre l’exécution de son projet de développement. Il a encore d’énormes défis à relever puisque le chef de la mafia, dans sa fuite, a créé un préjudice économique énorme aux institutions financières du pays (les banques) en leur soufflant 50 milliards de nos francs.

Christian MAHOUVI – Notre temps

 
0 vote

Par BeninWeb le 04/03/2015 à 09:19 Voir l'article

photo3Le Président Boni Yayi s’est entretenu ce mardi 3 mars 2015 avec un investisseur ghanéen au sujet de la fourniture de gaz pour la turbine à gaz de Maria-Gléta. A en croire l’hôte du Président Boni Yayi , la fourniture de et instant précieux pourra intervenir d’ici fin mars.

Les principaux obstacles quant à l’exploitation optimale de la centrale de Maria-Gléta seront seront bientôt levés. C’est ce qu’il ressort de l’audience accordée ce mardi à Emmanuel Quartey, Conseiller spécial au conseil d’administration de la société ghanéenne Gazoil. A l’en croire, l’approvisionnement en gaz de cette turbine à gaz n’est qu’une question de jour. Les techniciens, assure-t-il, sont à pied d’œuvre pour lever tous les goulots d’étranglement à cet effet. Emmanuel Quartey promet pour fin mars la première livraison de gaz, ouvrant ainsi la voie à un fonctionnement a plein régime de cette importante infrastructure du dispositif énergétique de notre pays.

Camille Kpobgémabou, Directeur général de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) également reçu à cette occasion, a fait le point de l’état d’avancement du projet  d’électrification de Sèdjèdénou, commune de Zè et des diligences en cours au niveau de sa structure pour l’achèvement rapide des travaux. Les instructions fermes, informe-t-il, ont été données par le Chef de l’Etat  pour terminer les travaux dès la semaine prochaine.

Boni Yayi s’est également entretenu avec le Médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun. A l’ordre du jour, la demande d’audience adressée par le président des médiateurs de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) au Chef de l’Etat, dans le cadre des activités de l’institution. Cette audience, confie Joseph Gnonlongoun, vise à présenter au Président Boni Yayi, président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa, l’agenda de l’institution, au titre de l’année 2015. Au nombre des activités prévues, figurent ente autres, la conférence des médiateurs sur la libre circulation des personnes et des biens, l’harmonisation des frais d’inscription dans les universités publiques de l’Union. Joseph Gnonlonfoun a également saisi l’occasion pour solliciter l’organisation d’une cérémonie officielle de présentation solennelle au Chef de l’Etat du rapport de la médiature béninoise, au titre de l’année 2014. Il a aussi passé en revue avec Boni Yayi, les activités menées au quotidien par son institution, dans le cadre de sa mission.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par BeninWeb le 04/03/2015 à 09:08 Voir l'article

YAYI Boni Parle au peupleLe Chef de l’Etat a reçu ce mardi 3 mars les lettres de créance du nouvel ambassadeur de Suède près le Bénin, Per Carlson. Reçu en compagnie de Valéry Alapini, PDG de la société Les Bagnoles et nouveau consul honoraire du Bénin en Suède, le diplomate suédois a saisi l’occasion pour esquisser de nouvelles pistes de coopération avec le Bénin.

Les relations bénino-suédoises sont au beau fixe. En témoigne la présentation ce mardi au Chef  de l’Etat des lettres de créance du nouvel ambassadeur de Suède près le Bénin, Per  Carlson.

A sa sortie du cabinet présidentiel, le diplomate suédois souligne l’excellence de la coopération entre le Bénin et son pays, et s’engage à leur renforcement, dans l’intérêt des deux pays. Le Royaume de Suède, fait-il remarquer, est très actif au Bénin en matière de développement, notamment avec les Organisations non gouvernementales (Ong), divers financements via les organismes onusiens tels que le Programme des nations unies pour le Développement (Pnud), le Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef), etc. En termes de perspectives, assure-t-il, un accent particulier sera dorénavant mis dans le partenariat commercial avec le secteur privé béninois. Dans ce cadre, confie-t-il -il, la firme suédoise Scania, référence mondiale en matière de fabrication d’autobus et d’autres types de véhicules, entend promouvoir un partenariat stratégique avec des opérateurs béninois intervenant dans le secteur. Il en est de même pour Erickson, célèbre de par le monde en matière téléphonie mobile.

Né le 18 juin 1958, Per Carlson est titulaire d’une licence de philosophie de l’Université d’Uppsala en Suède, d’un master et d’un bachelor en arts. Il entame sa carrière  diplomatique en 2000 au Ministère des affaires étrangères de son pays. Il a également officié en 2008 à l’ambassade de Suède à Nairobi avant de diriger, de 2011 à 2013, la chancellerie suédoise au Liberia. De 2011 à ce jour, Per Carlson est ambassadeur de Suède en Guinée, en Côte-d’Ivoire, et en Sierra-Léone. Il est marié et père de d’un enfant.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par BeninWeb le 01/03/2015 à 22:05 Voir l'article

YAYI Boni Parle au peupleBENIN

Le Conseil des Ministres s’est réuni en séance ordinaire le mercredi 18 et extraordinaire lesvendredi 20 février  et jeudi 26 février 2015 sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.

Au début de la séance, le Chef de l’Etat a fait observer une minute de silence en la mémoire des feus :

  • Nestor SOKPON, Professeur titulaire de grade hors classe, précédemment Doyen de la Faculté d’Agronomie, Vice-Recteur chargé de la Recherche universitaire puis Directeur de l’Ecole Doctorale Pluridisciplinaire de l’Université de Parakou ;
  • Veuve Akouélé Damienne TONATO épouse MENSAH, Mère de Madame Clotilde MENSAH DARBOUX, Administrateur de grade hors classe à la retraite, précédemment Directrice des Ressources Humaines du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ;
  • Jérôme AHIHONNOU, beau-père du Colonel de SOUZA Christian, Attaché de Défense près la Mission Diplomatique du Bénin à Berlin en Allemagne ;
  • Bernadette BOKPE née BADOU, mère de Monsieur Gilles BOKPE, Coordonnateur du Projet LMG (Leadership, Management, Gouvernance) du Ministère de la Santé ;
  • Alice AHOUANGONOU MONGODO, mère de Monsieur Didier DJOÏ, Conseiller Technique à la Promotion de la Microfinance au Ministère Chargé de la Microfinance, de l’Emploi et de l’Entreprenariat des Jeunes et des Femmes ;
  • Paul S. MIGAN, frère de Monsieur Constant MIGAN, Conseiller au Conseil Economique et Social ;
  • André GNANCADJA SOSSOUKPE, père de Monsieur Laurent D. GNANCADJA, Maire de la Commune de Glazoué ;
  • Alèdo T. AÏFA, artiste, chanteur et compositeur ;
  • Rosine BOCODAHO HOUEMAVO, mère de Monsieur Nestor Gnitonkpon BOCODAHO, Président Directeur de l’ONG-VIDEKON ;
  • Mahinou ALLOGNON, belle-mère du Colonel Jean YEHOUENOU TESSI, précédemment Directeur Général Adjoint des Eaux-Forêts et Chasse et Directeur Général du Centre National de la Gestion des Réserves de Faunes, admis à la retraite ;
  • Chabi Bernard TAOUEMA, ancien fonctionnaire de la CEB, Assistant du Ministre en charge de l’Energie.

Au cours de la séance, le Conseil des Ministres a adopté plusieurs projets de décrets notamment :

  • deux projets de décrets portant transmission à l’Assemblée Nationale, pour autorisation de ratification :
    • du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) adopté à New York aux Etats-Unis d’Amérique, le 28 mars 2013 ;
    • de la convention de financement du projet d’appui au développement agricole des collines (PADAC) signée à l’Agence Française de Développement (AFD) ;
    • ou d’adhésion aux traités, conventions et protocoles, de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale.
  • un projet de décret portant attributions, organisation et fonctionnement du Ministère Chargé de la Microfinance, de l’Emploi et de l’Entreprenariat des Jeunes et des Femmes ;
  • un projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence pour le Développement Intégré de la Zone économique du Lac Ahémé et ses chenaux (ADELAC) ;
  • un projet de décret portant actualisation du décret n° 97-331 du 31 juillet 1997 portant création, attributions et fonctionnement de la Commission Nationale de Vérification de l’Authenticité des Diplômes des Agents de l’Etat, Civils et Militaires (CNVAD) ;
  • un projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil National de Coordination et d’Orientation des interventions financées par le Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme en République du Bénin ;
  • les projets de décrets portant approbation du budget, exercice 2015, de :
    • l’Autorité de Développement du Périmètre de Glo-Djigbé (ADPG) ;
    • la Loterie Nationale du Bénin ;
    • l’Agence Nationale de la Propriété Industrielle (ANaPI) ;
    • l’Agence Nationale des Petites et Moyennes Entreprises (ANPME) ;
    • la Société Béninoise d’Energie Electrique (SBEE) ;
    • l’Office Béninois des Services de Volontariat des Jeunes (OBSVJ) ;
    • l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) ;
    • l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) ;
    • l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (ORTB) ;
    • l’Agence Béninoise de Normalisation et de Gestion de la Qualité (AbeNOR) ;
    • l’Agence Béninoise du Service Universel des Communications Electroniques et de la Poste (ABSU-CEP) ;
    • Hall des Arts, Loisirs et Sports (HALS) ;
    • Bureau Béninois du Droit d’Auteur et des Droits Voisins (BUBEDRA) ;
    • Centre de Promotion des Investissements ;
    • Port Autonome de Cotonou (PAC).
  • deux projets de décrets portant respectivement transfert de certaines attributions en matière de gestion des carrières du Ministre chargé de la Fonction Publique au Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche d’une part, et au Ministre de la Santé d’autre part ;
  • un projet de décret portant nomination des membres du Conseil d’Administration du Laboratoire Central de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments (LCSSA) ;
  • un projet de décret portant nomination du Conseil d’Administration de l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers ;
  • un projet de décret portant nomination, à titre de régularisation, de Monsieur Sabitou Kégnidé ALAO- FARY en qualité de Ministre Conseiller près l’Ambassade du Bénin à Tripoli du 02 juillet 2009 au 15 février 2010 ;
  • un projet de décret portant nomination de la représentante du Ministre du Travail, de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et Institutionnelle au sein du Conseil d’Administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ;
  • un projet de décret portant nomination des membres et du Président de la Commission Nationale de lutte contre la piraterie des œuvres littéraires et artistiques en République du Bénin ;
  • un projet de décret portant condition d’édictions des règles générales et prescriptions aux installations, ouvrages, travaux et activités soumis à autorisation ou à déclaration ;
  • un projet de décret portant convocation du corps électoral et organisation le dimanche 22 mars 2015 de l’élection complémentaire des membres de l’Assemblée Consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB).

Aux termes des dispositions dudit  décret le corps électoral est convoqué pour le dimanche 22 mars 2015  en vue d’élire les membres de l’Assemblée Consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin.

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a rendu compte au Conseil des Ministres :

  • d’une part de l’acquisition des intrants coton au titre de la campagne 2015-2016 ;
  • d’autre part de l’égrenage à façon dans les usines d’égrenage des pays voisins (Togo, Burkina Faso et Niger) de cinquante-trois mille (53 000) tonnes de coton graine commercialisé au Bénin au titre de la campagne 2014-2015 ;et
  • enfin de mesures urgentes à prendre pour la construction de cent (100) hangars grillagés et tôles dans le cadre du stockage du coton graine au titre de la campagne 2014-2015.

En approuvant ces communications, le Conseil des Ministres a instruit le Ministres en charge de la Défense Nationale, de l’Intérieur, et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières de mettre à la disposition du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche à travers la SONAPRA un effectif de trois mille (3 000) militaires et paramilitaires pour assurer dans un délai d’un (1) mois l’évacuation et le stockage du coton graine.

Le Ministre de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables a rendu compte au Conseil des Ministres de plusieurs dossiers notamment :

  • une communication relative à la signature d’une convention d’exploitation de granite à Abomey dans la Commune de Djidja, Département du Zou, entre le Gouvernement du Bénin et la Société « GRANUBENIN » ; et
  • une autre relative à l’acquisition et l’installation de 1 500 lampadaires, de 2 000 kits domestiques et de 200 kits solaires photovoltaïques d’éclairage. En approuvant cette communication, le Conseil des Ministres a instruit le Ministre en charge de l’Energie en lien avec le Ministre à la Présidence de la République en charge des OMD et des ODD à travers l’Agence Béninoise des Grands Travaux de faire sous huitaine le point d’exécution des lampadaires et de micro centrales photovoltaïques d’éclairage au titre des divers programmes notamment celui de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine et la SABER.

Le Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Assainissement a rendu compte au Conseil des Ministres des programmes d’assainissement en cours. En prenant acte de ce compte rendu, le Conseil des Ministres a instruit leMinistre de conduire une délégation au siège de la Banque Ouest Africaine à Lomé sur les programmes en instance financés par cette Institution sous régionale. La mission comprendra la Secrétaire Générale de la Présidence de la République et un représentant de l’Agence Béninoise des Grands Travaux.

Le Conseil des Ministres a approuvé plusieurs autres communications notamment :

  • une communication conjointe du Ministre de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables et du Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises relative à l’autorisation pour la signature d’un contrat sous forme de bons de travaux avec la Société Béninoise d’Energie Electrique pour l’alimentation en énergie électrique de la société HUANGYU installée sur la Zone Franche Industrielle de Sèmè-Podji
  • deux communications du Ministre de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation sur d’une part le programme pluriannuel de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité 2015-2019 actualisé du Bénin et, d’autre part sur la Mise en place de la Garantie financière dans le cadre de la construction et de l’exploitation de la Centrale biomasse de Kandi en République du Bénin ;
  • deux communications du Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes relatives :
    • à l’organisation prochaine d’un séminaire de haut niveau sur l’état civil à l’occasion de la première édition de la quinzaine nationale de l’état civil au Bénin d’une part ;  et
    • à la note conceptuelle relative au processus de la mise en place des Centres secondaires d’état civil au Bénin d’autre part;
  • une communication du Ministre de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires, relative à l’adoption du plan stratégique de développement du Port de Cotonou ;
  • une communication du Ministre à la Présidence de la République chargé de la Coordination de la mise en œuvre des Politiques des ODD et des OMD relative à l’élaboration de la stratégie nationale d’opérationnalisation des objectifs de développement au Bénin ;
  • une communication du Ministre en charge des ODD et des OMD faisant le point de l’amélioration du climat des affaires au Bénin. Il ressort du compte rendu que les Ministères dont celui des Finances et de l’Economie s’attèle à s’acquitter des diligences qui lui incombent conformément au chronogramme arrêté lors du Conseil des Ministres précédents.
  • une communication du Ministre des Travaux Publics et des Transports relative à la mise en œuvre du Programme spécial d’urgence de réfection des tronçons de routes ZE-TANGBO (16,0KM) et MISSESSINTO-ZINVIE-SEDJE DENOU (26 km) ;
  • une communication du Ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche relative aux mesures urgentes pour la construction de cent (100) hangars grillagés et tôlé dans le cadre du stockage du coton graine au titre de la campagne 2014-2015 ; et
  • deux communications de la Secrétaire Générale de la Présidence de la République relatives :
    • d’une part, à la reconstitution de l’effectif des Inspecteurs des organes de contrôle de l’ordre administratif ; et
    • d’autre part, au rapport de la commission chargée de la vérification des faits dénoncés dans le cadre de l’exécution du projet d’électrification rurale des 105 localités à la SBEE.

En approuvant ce rapport de vérification de l’Inspecteur Général d’Etat déjà remis au Procureur de la République, le Conseil a décidé de le transmettre à l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption à l’effet des diligences subséquentes en la matière.

Le Conseil a, par ailleurs, examiné et approuvé plusieurs comptes rendus de mission notamment :

  • un compte rendu du Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de :
    • la session ordinaire annuelle 2014 du Conseil National de la Recherche Scientifique et Technique ;
    • la participation du Bénin à la 31ème session ordinaire du Conseil des Ministres Africain et Malgache du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) et à la Table ronde des Partenaires Techniques et financiers, tenue à Libreville, au Gabon, du 21 au 29 octobre 2014 ;
    • la mission d’enquête sur la fonctionnalité des Facultés de Médecine et de Pharmacie à HOUDEGBE NORTH AMERICAN UNIVERSITY BENIN »
  • un compte rendu conjoint des Ministres en charge du Développement et des Affaires Etrangères de la visite d’une délégation haïtienne au Bénin dans le cadre de la coopération Sud-Sud pour le projet d’implantation de centres Songhaï, en Haïti, du 27 juillet au 1er août 2014 ;
  • un compte rendu d’étape du Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises des négociations de l’Accord de Partenariat Economique (APE) entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union Européenne ;
  • un compte rendu de la participation du Ministère de l’Environnement Chargé de la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières, au sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement sur les changements climatiques, tenu à New York, le 23 septembre 2014 ;
  • un compte rendu du Ministre à la Présidence de la République chargé des ODD et des OMD de la mission de finalisation du mémorandum d’entente entre la République du Bénin et la République de l’Afrique du Sud sur la construction de l’Aéroport International de Glo-Djigbé à Pretoria, du 1er au 06 septembre 2014 ;
  • un compte rendu du Ministre du Travail, de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et Institutionnelle de l’organisation du mois du service public orienté « Zéro dossier en instance dans les services publics », du 14 juillet au 14 août 2014 ;
  • un compte rendu du Ministre des Travaux Publics et des Transports de l’état d’avancement du projet de construction des appuis en vue de l’installation de ponts métalliques sur divers axes du réseau routier national.

Le Conseil des Ministres a autorisé :

  • la mise en place du budget de fonctionnement du Conseiller Spécial à la Présidence de la République chargé de la Gouvernance des Entreprises Publiques et du Contrôle interne pour 12 mois à compter d’octobre 2014 ;
  • le programme des réunions statutaires, gestion 2015, du Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises ;
  • la gestion des réunions statutaires du Ministère du Travail, de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative et Institutionnelle
  • la participation du Bénin à la 24ème édition du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) 2015, du 28 février au 07 mars 2015
  • la participation de dix cadres des Ministères en charge de l’Education, de l’Alphabétisation à la formation en Politiques sectorielles et gestion des systèmes éducatifs (8ème promotion), qui se déroulera du 13 octobre au 30 novembre 2015 ;
  • l’organisation au Bénin du 12 au 17 avril 2015 par les académies des sciences du Bénin et de France, du colloque panafricain et paneuropéen sur chimie et ressources naturelles ; et
  • l’organisation de la première édition du Grand Prix du Président de la République pour la Recherche ;
  • la création d’un Consulat Général du Bénin à New-York.

Enfin, les nominations et remises à disposition suivantes ont été prononcées :

  1. Nominations:
  1. A la Présidence de la République

Sur proposition du Président de la République :

  • Conseiller Technique aux Affaires Sociales:Monsieur Issiaka Félix ADEGNIKA ;
  • 2ème Secrétaire Général Adjoint du Gouvernement : Monsieur Adrien DELIDJI;
  • Secrétaire Général Adjoint de la Présidence:Monsieur Babarindé BANKOLE.
  1. Au Ministère de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation.

Sur proposition du Ministre :

  • Directeur Général des Douanes et des Droits Indirects :Colonel Charles SEZAN;
  • Directeur Général de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA): Monsieur Mohamed GADO ;
  • Directeur du Centre National de Formation Comptable :Monsieur Herbert Maixent MEDO;
  • Secrétaire Permanent de la Cellule Technique de Dénationalisation : Monsieur Eric ADJOVI;
  • Secrétaire Permanant de la Cellule de Suivi des Programmes Economiques et Financiers : Monsieur Francis AMOUSSOU;
  • Receveur Général des Finances :Monsieur Oumara KARIMOU ASSOUMA ;
  • Chargé de Mission : Monsieur Jean Pierre BALOGOUN.
  1. Au Ministère de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes

Sur proposition du Ministre :

  • Directeur Adjoint de Cabinet du Ministère : Monsieur Rogatien TOSSOU;
  • Directeur des Infrastructures de l’Equipement et de la Maintenance : Monsieur Kossi Félix GNAKADJA ;
  • Directeur Départemental de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes Zou-Collines : Monsieur Coulodjo Jean ADJAHO.
  1. Au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche
  • Sur proposition du Ministre :
  • Directeur Adjoint de Cabinet : Monsieur Abdel Rahamane BABA MOUSSA ;
  • Conseiller Technique à la Recherche, à l’Agriculture et à l’Alimentation : Madame Marie-Odile COMLANVI née HOUNTONDJI;
  • Conseiller Technique à l’Aménagement et l’Equipement Rural : Monsieur Sourou Félix EGOUNLETY ;
  • Conseiller Technique à la Promotion de l’Elevage et de la Pêche : Monsieur Ibrahim TOKO IMOROU ;
  • Directeur des Ressources Financières et du Matériel : Monsieur Sacca Ahmed Yérima YAROU ;
  • Directeur de la Production Halieutique : Monsieur Cocouvi Julien NOUMONVI ;
  • Directeur de l’Informatique et du Pré archivage : Monsieur Abdou-Aziz SOBABE ALI TAHIROU;
  • Directeur Général de l’ONS : Monsieur Lazare AKOMAGNI ;
  • Directeur Général CARDER Atlantique Littoral : Monsieur Coffi Pierre VODOUNGNINOUDE;
  • Directeur Général CARDER Ouémé Plateau : Monsieur Bulgide Simon ZOUMENOU;
  • Directeur Général CARDER Zou Collines : Monsieur Marcellin ALLAGBE;
  • Directeur Général Adjoint de l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin : Monsieur Valérien Amégninkin ZINSOU;
  • Chargé de Mission du Ministre : Monsieur Salifou SEIDOU BAGUIRI;
  • Chargé de Protocole du Ministère : Monsieur Boubacar ADAM KADDA GOUDA;
  • Directeur Général du Développement Agricole, de l’Alimentation et de la Nutrition : Monsieur Zourkaïnény ADAMOU BAKPARAKPE.
  1. Au Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables

Sur proposition du Ministre :

  • Directeur Général de la Société Béninoise d’Energie Electrique : Monsieur Camille C. KPOGBEMABOU;
  • Directeur Général Adjoint de la Société Béninoise d’Energie Electrique : Monsieur Fidégnon Bernard ZOTA.
  1. Au Ministère de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication

Sur proposition du Ministre :

  • Directeur de la Programmation et de la Prospective : Monsieur Héronse N. U. HOUNKPE;
  • Chargé de Mission du Ministre : Monsieur Cyriaque C. ATINDOGBE ;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication de l’Atacora Donga : Monsieur Adam ABELEYA;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication du Borgou et de l’Alibori : Monsieur Victorien ABAYA;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication de l’Atlantique et du Littoral : MonsieurChristophe AGONKOUI;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication du Mono et du Couffo : Monsieur Jacques Mawouna ZEHOU ;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication de l’Ouémé et du Plateau : Monsieur Sètondji Sonangon Sylvain AHOUNOU;
  • Directeur Départemental de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication du Zou et des Collines : Monsieur Célestin GBAGUIDI.
  1. Au Ministère de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires

Sur proposition du Ministre :

  • Directeur Général de la COBENAM : Monsieur Dénis OBA-CHABI.

 

  1. Au Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administrationet de l’Aménagement du Territoire

Sur proposition du Ministre

  • Directeur Général de la SOGEMA : Monsieur Evariste ADDA.

Nomination des Inspecteurs d’Etat, des Inspecteurs Généraux des Ministères et leurs Adjoints.

Sur proposition de l’Inspecteur Général d’Etat :

Sont nommés Inspecteurs d’Etat :

  1. Madame KPODOHOUN Marie-Reine Nicole Sèssièdé ;
  2. Monsieur FATEMBO Adédédji Pascal Périclès ;
  3. Monsieur BOUKARI Malick ;
  4. Monsieur OKE Ludovic ;
  5. Monsieur FOLAHAN Sosthène Nazaire ;
  6. OGUN-AYENI David ;
  7. Madame ADJIBADE Affoussatou Abèni ;
  8. Monsieur N’POCHA SABI Kanni Félix
  9. Monsieur GADO Séïdou Alassane ;
  10. Madame MEBOUNOU BABATOUNDE A. Marcelline ;
  11. Monsieur ADJITCHE Kokou Timothée ;
  12. Monsieur TADJOU Awahou ;
  13. Monsieur GNIMASSOU Anasthase ;
  14. Monsieur SINDEDJI Jean ;
  15. Monsieur CODJIA Bertrand.

Sont  nommés Inspecteurs Généraux des Ministères (IGM) et Inspecteurs Généraux Adjoints des Ministères (IGAM) :

Au Ministère d’Etat Chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique :

  • IGM : Monsieur NAGNIMI IDRISSOU Bio ;
  • IGA : Monsieur TIKANDE Bio  Imorou.

Au Ministère de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes :

  • IGM : Monsieur HOUANGNI Damien;
  • IGAM : Monsieur KOKOU Léon.

Au Ministère des Enseignements Maternel et Primaire :

  • IGM : Madame AWOUNOU Léocadie;
  • IGAM : Monsieur ABISSI Valère.

Au Ministère des TravauxPublics et des Transports:

  • IGM : Monsieur SOUDE Bienvenu;
  • IGAM : Monsieur ADOGBAGBE Félix.

Au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche :

  • IGM : Monsieur ZODEKON Houmènou Irenée;
  • IGAM : Monsieur HOYIKIN Antoine.

Au Ministère de la Santé :

  • IGM : Madame DAGBO Mélaine;
  • IGAM : Monsieur ALIDJINOU Carlos.

Au Ministère de la Justice, de la Législation
et des Droits de l’Homme 
:

  • IGM : Monsieur BABIO Abdoulaye;
  • IGAM : Monsieur AGOSSOU Toundé Michel.

Au Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes :

  • IGM : Monsieur TAMOU KISSIRA Gounou;
  • IGAM : Monsieur DJEDOU Sègbé Herman.

Au Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire :

  • IGAA Adjoint : Madame AVANDE Laure.

Au Ministère du Travail, de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative et Institutionnelle :

  • IGSEP, Chef Service : Monsieur HOUELAWONOU Pierre;
  • IGSEP Adjoint : Monsieur KANHOUNON Bocace Nobert.

Au Ministère de l’Industrie, du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises :

  • IGM : Madame GOMEZ CODO Evelyne;
  • IGAM : Monsieur CHOUCHOU Hontonnou Obed.

Au Ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme :

  • IGM : Madame AWASSI Cica Amélie;
  • IGAM : Monsieur LABITE Franck.

Au Ministère de la Jeunesse, du Sport et des Loisirs :

  • IGM :Monsieur DJAOUGA M. Adam;
  • IGAM : Monsieur MONRA Guera.

Au Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur :

  • IGM :MonsieurECHOUDINA B. Etienne;
  • IGAM :Monsieur YASSO Désiré.

Au Ministère Chargé de la Microfinance, de l’Emploi et de l’Entreprenariat des Jeunes et des Femmes :

  • IGM : Monsieur ZONON Basilide Abdon;
  • IGAM : Monsieur TAMBAMOU M. Aurélien.

Au Ministère de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires :

  • IGM : Monsieur TCHANDO Aaron;
  • IGAM : Monsieur KALASSI H. Désiré.

Au Ministère de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables :

  • IGM : Madame GLELE LANGANFIN Théodora;
  • IGAM : Monsieur HOUGNI Sègbégnon Mesmin.

Au Ministère du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective :

  • IGM : Monsieur YAYA-OYE ALAO Issa ;
  • IGAM : Monsieur GOUROUBERA Daniel.

Au Ministère de l’Urbanisme,  de l’Habitat  et de l’Assainissement :

  • IGM : Monsieur VODOUNON Rodrigue;
  • IGAM : Monsieur VEHOUNKPE Ernest.

Au Ministère de l’Environnement Chargé de la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières :

  • IGM : Monsieur ADDA Euloge;
  • IGAM : Monsieur HODEHOU M. Célestin.

Au Ministère de la Communication et des Technologies
de l’Information et de la Communication
 :

  • IGM : Monsieur YESSOUFOU Fatiou;
  • IGAM : Monsieur ALLEY Eugène.

Au Ministère Chargé de l’Evaluation des Politiques Publiques, de la Promotion de la Bonne Gouvernance et du Dialogue Social :

  • IGM : Monsieur De SOUZA David;
  • IGAM : Madame TCHIHOUI Pauline.

Au Ministère Chargé des Relations avec les Institutions :

  • IGM : Monsieur MEWEDOHOU Grégoire ;
  • IGAM : Monsieur SOSSOU HOUEFONDE S.Jean de Vigny.

Au Ministère de la Défense Nationale :

  • IGM : Colonel ATCHEGBE Jules ;
  • IGAM : Colonel ADANDEDJAN Blaise.
  1. Remises à disposition:

Au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

  • Monsieur Florentin NANGBE
  • Monsieur Emmanuel SEDEGAN
  • Monsieur Gabriel N’DAH KOUAGOU

Au Ministère de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation :

 

 

  • Monsieur Julien A. ADINANON
  • Monsieur Firmin V. AIGNON

Au Ministère de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes :

 

  • Monsieur Charles MAGBONDE

 

Au Ministère des Enseignements Maternel et Primaire :

 

  • Monsieur Marcellin SOTOHOU
  • Monsieur Boniface KIATTI

 

Au Ministère de la Communication et des Technologie, de l’Information et de la Communication :

Le Secrétaire Général du Gouvernement,

 

 

Alassani TIGRI

 
0 vote

Par BeninWeb le 22/01/2015 à 10:13 Voir l'article

Le lundi 12 janvier dernier, le poste de péage de Savè a été le théâtre d’une scène digne d’un film de Jackie Chan, où le ministre tamtameur, l’auteur des inepties ‘’ Yayi Boni a changé, nous sommes dedans, s’il change encore nous serons dedans ‘’ a incité son garde du corps à tabasser copieusement les agents exerçant à ce poste.

Le ministre ne voulait pas payer les frais de péage…

Conformément au cahier de charge sur la base duquel les agents fonctionnent, les véhicules exonérés des frais de péage sont ceux des cortèges présidentiel et ministériel, les véhicules des ministres de l’intérieur et de la défense, ceux de la police et de la gendarmerie, des présidents d’institutions. Sont également exonérés, les véhicules officiels dont les usagers détiennent des ordres de mission. Le bon sens voudrait donc que, le percepteur des lieux, vérifie l’ordre de mission avant de laisser passer un véhicule officiel qui n’est pas dans un cortège ou qui est sans éclaireur.
Il sonnait 11 heures ce lundi, quand un véhicule officiel fit son irruption au péage. L’agent percepteur, loin d’imaginer que c’est le ministre buveur de ‘’ tchoukoutou ‘’ qui s’y trouve, s’approcha et salua très respectueusement le chauffeur et lui demanda s’il peut lui présenter son ordre de mission.

A peine, a-t-il achevé sa phrase, que le garde du corps, tel un fauve en furie, bondit du véhicule et alla briser la barrière d’un coup. Fier de son acte, le cœur content, la poitrine bombée, il fit un mouvement rotatif avec son bras, pour faire comprendre au chauffeur qu’il peut passer. Il a regagna ensuite le véhicule.

La scène digne des longs métrages hollywoodiens à grand spectacle..

Geoffroy OGOU, le responsable du poste de péage, a suivi la scène sans piper mot. La première idée qui lui vint fut d’informer sa hiérarchie. Il saisit son téléphone, entama la procédure de déverrouillage quand il sentit une présence humaine dans son dos. Le temps de tourner sa tête, son cou se retrouva dans les paumes du garde du corps zélé.

– Remets-moi le téléphone ! ordonna-t-il.

– Monsieur, je ne vous remets pas mon portable, quel problème ai-je avec vous ? répliqua le sieur Geoffroy.

Le bodyguard sorti alors son pistolet.

– Si tu ne me remets pas tout de suite le portable, je vais t’arroser.
– Arrosez-moi alors, car je ne sais pas pourquoi je dois vous remettre mon portable.
Gbouan !!! L’homme en uniforme, tel Jackie Chan en colère, lui servit un coup de point en pleine figure, un autre sur les lèvres, le botta, lui arrangea la physionomie en une fraction de secondes. Geoffroy n’a eu la vie sauve qu’en prenant ses jambes à son cou. Il se réfugia dans son bureau qu’il prit le soin de fermer à clé. Ceci ne ralentit pas les ardeurs du garde du corps qui exécutait les ordres du ministre. Il défonça la porte du bureau, fit sortir tout ceux qui y étaient, les cogna sérieusement. Ensuite, il passa de cabine en cabine pour bastonner les agents qui s’y trouvaient.
Il fonça sur l’argent percepteur, le plaça contre un titan garé dans les parages, et lui offrit des coups de tête. A un moment donné, sa victime esquiva et il cogna sévèrement sa tête contre le gros porteur. Il eut mal, très mal. Il hurla de douleur.
Ayant aperçu son protecteur en difficulté, le ministre ordonna au chauffeur d’aller à sa rescousse en prenant sur lui l’AKM de l’agent. Les deux allèrent briser les portes du bâtiment administratif, puis pointèrent les armes sur le chef poste qui n’a pas voulu remettre son téléphone.

Il fut copieusement bastonné. Le ministre ordonna qu’on l’embarque. Fort heureusement, le ministre de la défense, de retour d’une mission, a pu calmer les uns et les autres.

C’est malheureux, que dans un petit pays comme le nôtre, des ministres se comportent comme des badauds.

Regardez les photos pour avoir une idée du bilan..
Source: Internet et faits recueillis après appel téléphonique