Login  
 
0 vote

Par www.egbade.com le 16/02/2015 à 12:17 Voir l'article

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 11:17

Le meeting de remobilisation des troupes des Forces cauris pour un Bénn émergent (Fcbe) de ce samedi au stade de l'amitié a enregistré la présence du Chef de l'Etat. Boni Yayi en a saisi l'occasion pour exhorter les forces politiques à une animation saine du début politique.

Les Forces cabris pour un Bénin émergent (Fcbe) affûtent leurs armes, dans la perspective des prochaines échéances électorales. C'est ce qui justifie l'organisation ce samedi du Congrès extraordinaire de cette alliance suivi d'un grand meeting au stade de l'amitié de Kouhounou. A ce meeting, on pouvait noter la présence d'un invité de marque: le Chef de l'Etat, venu témoigner son soutien à l'alliance, et à toutes les forces politiques qui œuvrent à l'enracinement de la démocratie béninoise. "Je suis Président de tous les Béninois. Mais je devais effectuer ce déplacement par respect pour les militants qui m'ont invité", justifie le Chef de l'Etat après avoir salué la mémoire d'El Hadj Bouraïma Diallo, figure de proue de l'alliance, décédé le 13 février 2014. Dans son adresse aux congressistes, le Président de la République a tenu à louer la maturité politique du peuple béninois et des acteurs politiques, ce qui fait du Bénin, metionne-t-il, un havre de de paix et de sécurité. Pour Boni Yayi, l'organisation de ce congrès est la preuve de l'engagement des Fcbe à animer, aux côtés des autres forces, la vie politique nationale, conformément aux prescriptions de notre constitution. "Je demande aux autres formations politiques de jouer également leur partition, mais dans le respect de l'autre. La démocratie est garantie, mais elle doit s'exercer dans le respect des règles. J'ai encore de l'espoir et de l'espérance pour ce pays. Je vous demande de vous tenir la main dans la main. La nation attend beaucoup de vous. La République avant toute chose. La République avant chacun de nous. Travaillons pour faire rayonner notre pays." exhorte le Chef de l'Etat qui parie pour un avenir radieux de la démocratie béninoise.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par www.egbade.com le 16/02/2015 à 12:07 Voir l'article

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 11:07

Le Chef de l'Etat a reçu ce samedi 14 février 2014 les lettres de créance de l'ambassadrice de Finlande près le Bénin, Pirjo Suomela-Chowdhury. Cette dernière entend contribuer au renforcement de l'axe Cotonou-Helsinki.

La coopération bénino-finlandaise poursuit sa dynamique ascendante. Le Chef de l'Etat a reçu ce samedi des mains de Pirjo Suomela-Chowdhury, l'accréditation par laquelle l'Etat finlandais à cette dernière la mission d'oeuvrer au renforcement des relations entre les deux pays, à l'aune des nouveaux enjeux du monde. A sa sortie du cabinet présidentiel, la nouvelle ambassadrice de Finlade près le Bénin, avec résidence à Abuja s'est dit heureuse de travailler à l'enracinement des liens de coopération et d'amitié entre le Bénin et son pays. "J'ai eu des discussions fructueuses avec le ministre des affaires étrangères et le Chef de l'Etat sur divers sujets, notamment dans le domaine des affaires. Nous avons reconnu qu'il reste beaucoup de choses à faire. Nous avons aussi échangé sur l'agenda post 2015 des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) pour lequel les deux pays sont très actifs", confie-t-elle. Les discussions se poursuivront, avec la visite prochaine du ministre béninois des affaires étrangères en Finlande, rassure la diplomate finlandaise.
Née le 23 mai 1964, Pirjo Suomela-Chowdhury a débuté sa carrière en juin 1997 comme attachée de coopération à la cellule des affaires des Nations unies. Au cours de carrière, elle a servi son pays dans plusieurs chancelleries, notamment comme deuxième secretaire à l'ambassade de Finlande près la Chine à Pékin, Chef de mission à l'ambassade de Finlande à Santiago en Chili, Directrice de la cellule de développement des affaires des Nations unies, département des politiques de développement, etc. Depuis septembre dernier, elle est nommée ambassadrice de Finlande près la République Fédérale du Nigeria. Elle est mariée et mère d'un enfant.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par www.egbade.com le 16/02/2015 à 09:10 Voir l'article

16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 08:10

L’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), qui regroupe une centaine de partis, mouvements et creusets politiques soutenant les actions du président Boni Yayi, était en congrès extraordinaire ce samedi au palais des Congrès de Cotonou. Il s’agissait pour eux, de se remobiliser en vue des échéances électorales qui s’annoncent au Bénin mais aussi et surtout, de s’organiser et garder le pouvoir pendant un nombre indéterminé d’années.
« L’alliance doit demeurer la première force politique du Bénin à travers le temps. Il fallait effectivement un sursaut, un nouvel élan. Et ce nouvel élan permettra de poursuivre la construction du Bénin et d’aboutir à l’émergence », a estimé le coordonnateur national de l’alliance Fcbe, Eugène Azatassou samedi dernier lors du congrès de la relance. En effet, après les départs enregistrés au sein de ce regroupement politique, il fallait réorganiser cette troupe pour les joutes électorales futures. Et pour y arriver, il faudra taire les querelles de leadership qui minent ce regroupement et aller de l’avant. « Les Forces cauris ne subiront pas la mort subite que des alliances politiques ont eu à subir dans ce pays. Et pour ce faire, je voudrais vous inviter à taire vos contradictions. S’il y a un idéal que nous devons poursuivre, c’est comment nous nous mettons ensemble pour être forts », a renchéri le ministre de l’économie, Komi Koutché en tant que président du comité d’organisation. Il s’agit donc pour les partisans du chef de l’Etat, de continuer son action après son départ car « il n’y a pas de raison que l’on ne s’organise pas pour continuer à gagner ce combat-là, parce que toute l’ambition du chef d’Etat, on ne peut pas la réaliser en 10 ans » a-t-il insisté.

Meeting de présentation de résolution au stade de l’Amitié de Cotonou
Les directives adoptées en congrès dans la matinée au Palais des congrès de Cotonou ont ensuite été présentées aux militants à la base lors d’un meeting au stade de l’Amitié de Cotonou dans l’après-midi de ce 14 février 2015, en présence du chef de l’Etat. Les militants disponibles ont donc fait le déplacement de ce lieu de convergence. Entre autres résolutions prises par les Fcbe, il faut signaler le maintien du coordonnateur Eugène Azatassou jusqu’au terme des élections qui attendent le Bénin, de remplacer ceux du bureau qui ont trahi, de formaliser l’existence des Fcbe et d’enregistrer le logo de l’alliance, de s’organiser et garder le pouvoir pendant un centenaire, de demander à Boni Yayi de maintenir le projet de révision de la Constitution à l’Assemblée nationale, car ils estiment qu’il est vital pour la Démocratiebéninoise Il s’agit également de faire en sorte que la Céna et la Chambre des comptes deviennent des Institutions constitutionnelles et que les crimes économiques deviennent imprescriptibles.

Gathum Gbaguidi

 
0 vote

Par www.egbade.com le 16/02/2015 à 09:01 Voir l'article

Une journée de samedi bien chargée pour les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Entre le congrès extraordinaire au palais des congrès et le meeting de restitution du stade de l’amitié, les partisans du chef de l’Etat ont mis les petits plats dans les grands pour donner la pleine mesure de leur mobilisation pour les prochaines joutes électorales et leur soutien indéfectible au chef de l’Etat et à ses différentes réformes surtout celles politiques avec le projet de révision de la Constitution. D’abord, dans la matinée, les congressistes se sont attelés en ateliers à l’élaboration de documents de bonne conduite, de management des élections communales puis législatives à venir, de motions et résolutions et aux statuts et règlement intérieur.
Mais avant, le président du comité d’organisation du congrès, Komi Koutché, fort des 102 partis qui composent l’alliance Fcbe, a réaffirmé que depuis 2006, ils sont la première force politique et qu’ils entendent le rester pour les 100 prochaines années. « Nous avons fait du chemin et nous avons réalisé des exploits. Nous sommes au soir du dernier mandat constitutionnel du chef de l’Etat et le défi nous appelle à nous asseoir et à nous projeter sur le futur. Car, certains prophétisent déjà la disparition des Fcbe au terme des deux mandats de Boni Yayi. Les Fcbe ne connaîtront pas la mort subite et nos pires adversaires sur le chemin de nos ambitions, ce sont les contradictions internes… », a affirmé le ministre Komi Koutché.
De son côté, le coordonnateur national des Fcbe, Eugène Azatassou, dans son discours d’orientation tenant lieu de rapport moral, a signifié que juste après l’avènement du président Boni Yayi au pouvoir, il y a eu la crise économique en occident. Alors, a-t-il noté, son rêve de faire du Bénin un pays émergent a été freiné par des facteurs internes défavorables comme les grèves paralysant l’administration, l’état d’esprit des Béninois…Pour Eugène Azatassou, le président Boni Yayi confronté à ces réalités n’a eu d’autres choix que d’aller à la refondation, synonyme d’après ses dires, de l’amour du travail bien fait et du bouleversement des mœurs et des habitudes. Mais là encore, Eugène Azatassou a noté une levée de bouclier des détracteurs du chef de l’Etat. C’est donc pourquoi, à l’en croire, les Fcbe doivent se mobiliser pour donner à Boni Yayi, les moyens politiques et organisationnels pour faire aboutir les réformes politiques en vue du développement de notre pays. Et au premier rang de ces réformes politiques, il y a la révision de la Constitution du 11 décembre 1990, condition sine qua non pour les Fcbe qui entendent à l’issue de leur congrès, prendre un nouvel élan pour un Bénin nouveau, garantir la paix, la stabilité et la prospérité de notre pays.

Le show Fcbe avant la campagne

C’est par un meeting au stade de l’amitié devant le président Boni Yayi que les Fcbe ont terminé leur journée du 14 février. Dans une ambiance festive avec les prestations de nombreux artistes invités, les congressistes sont revenus sur les grandes conclusions de leurs assises. Mais, ce n’était pas avant d’avoir remercié le président Boni Yayi pour les avoir embarqués presque dix ans durant dans l’aventure du changement, de la refondation et de leur avoir démontré que le Bénin peut être gouverné autrement. Pour le ministre Komi Koutché, sous l’impulsion de Boni Yayi, les Béninois ont eu l’électricité, l’eau, les microcrédits, la césarienne gratuite…De plus, il a donné l’espoir en bougeant les lignes, en initiant des réformes dont la révision de la Constitution qui fait face aux obstacles. « Nous allons vous demander de poursuivre cette réforme », a imploré le président du comité d’organisation du congrès Fcbe qui a promis ramener 50 députés dans l’escarcelle de la mouvance présidentielle lors des prochaines élections législatives.
Pour sa part, le coordonnateur Fcbe, Eugène Azatassou a noté que le congrès s’est tenu dans une bonne ambiance et que d’importantes décisions ont été prises. Entre autres, il a noté le document d’engagement politique signé par les partis politiques membres de l’alliance Fcbe tout comme un code de bonne conduite. Aussi, a-t-il déclaré qu’au cours du congrès, il y a eu des directives pour les prochaines élections et une déclaration politique qui indique le point de vue des Fcbe sur un certain nombre de sujets dont la révision de la Constitution dont il a dit tous les biens. « Les amendements de la Constitution ne touchent pas aux fondamentaux. De plus, la Cour constitutionnelle a stipulé que ces amendements ne permettent pas de créer une nouvelle République. Voilà une réforme politique qui ne permet pas de confisquer le pouvoir mais qui crée une hémorragie économique avec le départ de certains Ptf. On laisse le projet de révision à l’Assemblée nationale à la conscience des députés car c’est une bonne action de plus pour le chef de l’Etat. Ils l’auront sur la conscience pour l’éternité », a-t-il déploré.
Toujours lors de ce congrès de clarification et de mobilisation des Fcbe, le président Boni Yayi a insisté sur la paix, la stabilité et la sécurité au Bénin et s’est réjoui de constater que ses partisans consolident leur rang. « Vous êtes décidés à animer la vie politique avec les autres forces politiques. Fcbe est née avec la grâce du Seigneur et avec sa bénédiction, elle grandira toujours. Ce que nous avons voulu faire (réforme politique), nous avons minimisé les obstacles. Mais vous êtes là pour continuer la vision et j’ai la responsabilité de vous accompagner. Bonne chance aux Fcbe », a-t-il souhaité tout en annonçant que Fcbe sera présente à toutes les prochaines joutes électorales. Le show Fcbe s’est achevé par des colombes que le président Boni Yayi et deux de ses collaborateurs ont laissé s’envoler dans le ciel du stade de l’amitié. Sans doute, pour un instant de paix avant les empoignades électorales.

16-02-2015, Angelo DOSSOUMOU

 
0 vote

Par www.egbade.com le 16/02/2015 à 07:13 Voir l'article

Le congrès extraordinaire tant attendu de l’alliance des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) a effectivement eu lieu le samedi 14 février au Palais des Congrès de Cotonou. Venus des quatre coins du Bénin, militants et sympathisants se sont retrouvés pour rasseoir l’alliance et prendre de nouvelles résolutions pour l’avenir.

La salle rouge du palais des congrès de Cotonou était pleine à craquer. Venus de tous les départements, de toutes les régions et de toutes les communes, les militants FCBE ont montré une fois de plus leur détermination à rester la plus grande force politique du Bénin. En effet, à en croire le président du comité préparatoire, le ministre Komi Koutché, ce congrès vise essentiellement à délimiter et à rendre compacte l’alliance. Pour lui, le plus grand défi est de se réorganiser afin que les FCBE puissent vivre aussi longtemps que possible et surtout après le départ du président Boni Yayi. « En toute circonstance, nous devons trouver des voies et moyens pour nous raccorder sur l’idéal commun. Car, ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise », a précisé le président du comité préparatoire. Komi Koutché a invité les uns et les autres à plus d’engagement, à un nouvel élan pour un Bénin nouveau, tel que l’indique le thème dudit congrès. Le coordonnateur national des FCBE, Eugène Azatassou, a quant à lui, annoncé les objectifs de l’alliance pour les élections à venir. Des objectifs sur lesquels le parti doit travailler pour sa consolidation et son maintien au pouvoir au lendemain des élections présidentielles de 2016. Après, le bal des allocutions, les congressistes ont été conviés aux travaux en ateliers. Après cette étape, une brève synthèse a été faite par commission et le cap a été ensuite mis sur le Stade de l’Amitié pour le meeting de restitution. Il est important de signaler la présence de tous les ministres, des députés de la mouvance présidentielle et des directeurs généraux des sociétés et offices d’Etat qui se sont tous mobilisés autour des militants venus nombreux de l’intérieur du pays.

Boni Yayi : « Je veux que les FCBE vivent aussi longtemps que possible »
Comme tout militant, le président Boni Yayi a effectué le déplacement du stade de l’amitié dans l’après-midi du samedi 14 février 2015. Il est allé assister au meeting de restitution des décisions du congrès extraordinaire de l’alliance des Forces Cauris pour un Bénin Emergent et dire toute son admiration à cette force politique qui l’accompagne dans sa mission républicaine depuis 2006.

« Je veux que les FCBE vivent aussi longtemps que possible », a vivement souhaité Boni Yayi, visiblement ému par la folle ambiance politique dans laquelle, il était baigné pour la circonstance. Mais il n’a pas manqué de faire quelques précisions. « Je suis le président de tous les Béninois sans distinction de partis. Mais, si j’ai tenu à être présent à ce meeting des FCBE, c’est parce qu’ils m’ont adressé une invitation et, c’est pour moi de la politesse que de leur dire merci en honorant, par ma présence, ce meeting ». Le président Boni Yayi lève ainsi l’équivoque sur sa présence aux côtés des FCBE à ce géant meeting. Du haut de la tribune, il a dit avoir beaucoup d’admiration pour ce regroupement politique et l’encourage à se consolider avantage. Le chef de l’Etat a profité de l’occasion pour lancer un appel à toute la classe politique : « Vous êtes décidé à continuer à animer avec les autres forces politiques la vie politique nationale. Et, je voudrais demander à toutes les autres forces politiques d’en faire autant mais dans le respect de la démocratie et dans le respect de l’autre », a laissé entendre le premier militant des FCBE. Il a, pour finir, prié pour que ni le virus à fièvre hémorragique Ebola, ni, les affres de la secte Boko Haram ne touchent jamais le Bénin.

De grandes résolutions et recommandations
Mais, avant Boni Yayi, le président du comité préparatoire du congrès, le ministre Komi Koutché et le coordonnateur national des FCBE, Eugène Azatassou se sont succédés au pupitre pour présenter les grandes résolutions et recommandations issues des travaux de la matinée. Eugène Azatassou a annoncé, à ce propos, que le congrès a retenu, entre autres, un document d’engagement que doivent signer tous les partis politiques, mouvements et associations qui sont dans l’alliance ou qui veulent l’intégrer. Il y a également le code de conduite pour tous les membres de l’alliance FCBE, les directives pour les élections législatives, communales et locales qui ont été également retenues dans les grandes résolutions. Eugène Azatassou a fait comprendre, par ailleurs, que l’alliance signera des motions d’engagement et de soutien pour son leader charismatique et fait désormais des déclarations régulières sur l’actualité nationale. L’autre grande résolution issue du congrès est la position des FCBE sur la révision de la constitution. Eugène Azatassou a expliqué les tenants et les aboutissants du soutien des FCBE à ce projet. « Il ne devrait y avoir aucune crainte d’autant que ce projet de loi vise à doter le pays d’instruments fiables pour son développement », a-t-il souligné, rappelant au passage ses trois grands axes majeurs, à savoir, la constitutionnalisation de la Cena, la constitutionnalisation d’une cour des comptes et l’imprescriptibilité des crimes économiques.

« Le congrès et le meeting ont été une réussite », dixit Komi Koutché

Le comité d’organisation du congrès des FCBE dirigé par le ministre Komi Koutché a fait, hier dans la salle Lac Americ du Palais des Congrès de Cotonou, le point de l’organisation du congrès et du meeting. Il était question de repréciser les objectifs du congrès et les grandes résolutions de cette messe politique.

Entouré des députés et personnalités André Okounlola, Nouhoum Bida, Gilbert Bangana, Hubert Balley et Grégoire Akoffodji, le président du comité d’organisation du congrès des FCBE a mis l’accent sur les grandes résolutions issues des assises du samedi 14 février 2015. Pour Komi Koutché, les populations sont fières de ce qui s’est passé et sont convaincues de la continuité de l’alliance FCBE au-delà du mandat constitutionnel de leur leader charismatique, le président Boni Yayi. Il est revenu également sur les objectifs du congrès qui sont de délimiter et rendre compacte l’alliance en vue des victoires prochaines. Le député Grégoire Akoffodji a, pour sa part, rappelé le principe retenu pour les élections à venir. Il s’agit, selon ce dernier, d’avoir à la 7ème législature, plus de 50 députés et une soixantaine de maires pour les communales et locales. L’honorable Bida, quant à lui, s’est appesanti sur la volonté des FCBE de maintenir au parlement le projet de relecture de la loi fondamentale. C’est pourquoi, il a fait comprendre aux professionnels des médias que le projet de révision de la constitution a été piloté par de grands juristes du Bénin. Ce qui est d’ailleurs approuvé par le gouvernement compte tenu des points essentiels qui seront touchés, à savoir, la constitutionnalisation de la Céna, de la Cour des comptes et surtout l’imprescriptibilité des crimes économiques. Hubert Balley a pris la parole pour justifier l’organisation du meeting. Il a précisé que l’objectif de mobilisation des cent mille militants a été atteint. En fin de compte, le ministre Komi Koutché, en conclusion, a réaffirmé sa fierté par rapport à la réussite et expliqué qu’au niveau des FCBE, plus rien ne sera comme avant.

Yannick SOMALON

 

 
0 vote

Par www.egbade.com le 13/02/2015 à 09:09 Voir l'article

13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:09

Le Président Boni Yayi s'est entretenu ce jeudi 12 février avec plusieurs délégations. Au nombre de celles-ci, une mission de la Banque africaine de développement (Bad) venue faire le point des projets routiers sous financement de l'institution.

La Banque africaine de développement marque à nouveau sa disponibilité à accompagner l'Etat béninois dans sa vision de développement. Reçue en audience ce jeudi par le Chef de l'Etat, Lydie Ehouman, économiste principale des Transports de la Bad a fait le point des dossiers relatifs au financement de certains projets routiers dans notre pays. "Nous avons passé en revue plusieurs dossiers, principalement la construction de la bretelle Biro-Pèrèrè, la Traversée de Parakou, le tronçon Pahou-Hillacondji et la route cotonnière Djougou-Banikoara", informe-t-elle. Les différents obstacles qui entravent le processus de réalisation de ces infrastructures ont été lèves, ce qui annonce le démarrage imminent des différentes chantiers, rassure-t-elle.
La star sénégalaise de renommée internationale Akon, était également au cabinet du président de la République. Cette visite s'inscrit dans le cadre de son projet d’installation des lampadaires solaires dans certaines localités de notre pays. "Nous avons déjà des chargements sur mer et les lampadaires seront installés très bientôt", assure-t-il.
Le Chef de l'Etat s'est également entretenu avec le haut commandement militaire, au sujet de l'évacuation du coton graine des champs vers les marchés autogérés ou des marchés autogérés vers les usines. "Nous avons reçu des instructions pour la participation des forces armées à cette action de développement. Le coton récolté a été rattrapé par les pluies précoces et l’armée est mise à contribution pour parer au plus pressé », indique le Général Laurent Amoussou, chef d’Etat-major général adjoint des Forces armées béninoises.
Enfin, Ernest Darboux, nouveau consul honoraire du Bénin à Yamoussoukro est allé recevoir des instructions du Président de la République dans le cadre de sa mission. Il a saisi l'occasion pour rassurer le Chef de l'Etat de son engagement à accomplir sa mission dans l’intérêt de notre pays.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par www.egbade.com le 12/02/2015 à 09:59 Voir l'article

12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 08:59

Le Conseil des Ministre s’est réuni ce mercredi 11 février 2015 sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.
Le Conseil a en priorité connu de deux (02) grands dossiers relatifs l’un aux élections et l’autre au climat des affaires dans notre pays.
En ce qui concerne la question des élections, sur présentation du Ministre Chargé des Relations avec les Institutions, le Conseil des Ministres a examiné et adopté deux (02) projets de décrets relatifs à la convocation du corps électoral.
Le premier projet de décret convoque le corps électoral le dimanche 26 avril 2015 en vue d’élire les Membres de l’Assemblée Nationale de la septième législature.
Le deuxième projet de décret convoque le corps électoral le dimanche 31mai 2015 en vue d’élire les Membres des Conseils Communaux ou Municipaux et les Membres des Conseils de Villages et Quartiers de ville pour la troisième mandature.
Le Conseil des Ministres invite tout le peuple Béninois à prendre part à ces deux (02 échéances électorales dans la ferveur patriotique, la sérénité et la concorde. Ainsi, dans l’union, la quiétude et la cohésion, nous contribuerons ensemble à renforcer notre démocratie et donner une belle image de notre patrie commune le Bénin.
Le Président de la République a informé le Conseil des Ministres de l’appui des Nations Unies au processus électoral en cours. Dans ce cadre, une mission d’experts envoyés par le Secrétaire Général des Nations Unies est attendue ce mercredi 11 février 2015. Le Gouvernement du Bénin et la Représentante du PNUD, Coordonnatrice du Système des Nations Unies, prendront les mesures appropriées pour un séjour fructueux de la mission qui rencontrera les Institutions de notre pays dont au premier Chef celles en charge des élections à savoir la CENA et le COS-LEPI.
Par ailleurs, des instructions fermes ont été données au Ministre de la Défense Nationale en vue de mettre à la disposition de la CENA et de COS-LEPI des agents des Forces Armées et de Sécurité afin de renforcer la sécurité au niveau de ces structures en charge des élections.
En ce qui concerne le climat des affaires dans notre pays, le Ministre en charge des ODD a présenté au Conseil des Ministres les actions à mener au titre de l’année 2015 pour maintenir la dynamique dans l’amélioration de l’environnement des affaires.
En approuvant la communication du Ministre, le Conseil des Ministres a instruit les Ministères impliqués à jouer avec efficacité et efficience leur partition. IL s’agit notamment du Ministère en charge des Finances appelé à :
- accélérer les diligences relatives au financement des réformes au niveau du Guichet Unique de Formalisation des Entreprises (GUFE) afin de réduire le temps de formalisation et le coût financier de création des entreprises ;
- faciliter une plus grande coopération entre les services des Douanes et la Société d’Exploitation du Guichet Unique du Bénin (SEGUB) pour réaliser à temps le projet de dématérialisation des formalités de pré dédouanement.
- opérationnaliser rapidement l’Agence du Foncier.
Fait à Cotonou, le 11 février 2015
Le Secrétaire Général du Gouvernement,
Alassani TIGRI.-

 
0 vote

Par www.egbade.com le 11/02/2015 à 09:26 Voir l'article

11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:26

Le Président de la République a reçu en audience ce mardi 10 février l'investisseur algérien Amar Boukheddami. Il est venu discuter avec Boni Yayi des opportunités d'investissement au Benin.

Le récent voyage du Chef de l'Etat en Algérie ouvre une nouvelle ère dans la coopération entre les deux pays. La visite en terre béninoise d'Amar Boukheddami, PDG du Groupe Amimer est la conséquence directe de ce voyage au cours duquel Boni Yayi a su vanter les mérites de l'économie béninoise épater les investisseurs algériens. L'hôte du Benin dit être intéressé aux projets de l'électrification rurale en cours dans notre pays. Il annonce par ailleurs l'arrivée prochaine d'autres opérateurs économiques algériens qui, eux investissent dans les domaines de l'agroalimentaire, des pâtes alimentaires, etc.
Boni Yayi a également reçu en audience une délégation togolaise conduite par le Ministre des mines et de l'énergie Damien Noupokou. Premier sujet abordé, le compte rendu de la réunion du Haut conseil inter étatique de la Communauté électrique du Benin (Ceb). Cette rencontre avait pour but, souligne-t-il, d'assurer la disponibilité permanente de l'énergie électrique, surtout en cette période électorale que traversent les deux pays. S'agissant du projet de construction du barrage hydroélectrique d'Adjarrala, le processus de recherche de financement a été passé en revue avec le Président Boni Yayi. Le dernier sujet abordé au cours des échanges est relatif au code bénino-togolais de l'électricité. Les réflexions ont porté, à en croire le ministre togolais, sur les voies et moyens pour le rendre plus performant, notamment dans le cadre des activités de la Ceb.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)

 
0 vote

Par www.egbade.com le 10/02/2015 à 14:43 Voir l'article

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 13:43

Objet :AS/ Diligences relatives aux dénonciations
mettant en cause deux députés du COS-LEPI.

Monsieur le Président,
Le Président de la République a reçu votre courrier n° 134/ANLC/PT/SPe/SA/2015 du 06 février par lequel vous l’informiez de l’appréciation du dossier en objet. IL remercie votre Institution et vous même pour la diligence observée dans l’étude du dossier et prend acte des conclusions et suggestions faites.
Le Président de la République apprécie hautement la promptitude de votre réaction. Elle vient renforcer sa conviction de la nécessité de réunir toutes les synergies pour assurer la lutte contre la corruption. En effet, au regard de sa complexité, la lutte contre la corruption ne saurait prospérer si elle est perçue comme l’œuvre d’une seule personne, le Président de la République. Le Président de la République qui n’est ni omniscient, omnipotent ni omniprésent ne peut à lui seul venir à bout de ce combat national. Il requiert l’engagement de toutes les Institutions, de tous les citoyens. Chacun à son niveau comme vous venez de le démontrer, a sa partition à jouer.
Je sais pouvoir compter sur votre Institution pour continuer à vous saisir de tout dossier de corruption et à poursuivre la sensibilisation de nos concitoyens pour leur nécessaire implication dans ce combat dont l’enjeu en dernière analysereste l’élimination de la pauvreté dans notre pays.
Tenant compte de votre recommandation, le dossier en rubrique est transmis au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, ce jour par courrier numéro 085/PR/SGG/SP en vue de sa transmission au Procureur de la République.
En vous félicitant pour votre contribution renouvelée à la lutte contre la corruption et son socle et corolaire l’impunité, je vous prie de recevoir, Monsieur le Présidentl’expression de mes sentiments distingués.
Alassani TIGRI.-

 
0 vote

Par www.egbade.com le 10/02/2015 à 09:20 Voir l'article

Le Président Boni Yayi a reçu ce lundi 9 février les vœux de nouvel an de la jeunesse béninoise au Palais de la Marina. Occasion pour le Chef de l'Etat d'annoncer les perspectives heureuses de l'année 2015 en matière d'emploi.

Le partenariat stratégique qu'entend nouer Boni Yayi avec la jeunesse béninoise se consolide au fil du temps. Dans ce cadre, des centaines de jeunes se sont rendus au Palais de la Présidence ce lundi 9 février pour présenter leurs vœux de nouvel an au Premier Magistrat. L'occasion faisant le larron, les jeunes Béninois, réconfortés par les nombreuses initiatives au titre de l'année écoulée, ont tenu à ex périmer leur gratitude à l'endroit du gouvernement et de son chef Boni Yayi. "Les jeunes ont le sentiment d'avoir été écoutés, compris, et pris en compte par votre gouvernement", reconnaît Damien Babalola, président de l'Organe consultatif de jeunesse (Ocj). Selon lui, l'espoir renaît pour la jeunesse béninoise qui, avec la batterie de mesures initiées en 2014, retrouve de plus en plus le sourire. Il saisit l'occasion pour solliciter le parrainage du Chef de l'Etat les premières assises nationales de la jeunesse qu'organise l'Ocj du 25 au 27 février prochain. Cette rencontre, confie-t-il, vise, non seulement à réfléchir sur la situation de la jeunesse, 24 ans après la mise en place de l'Ocj, mais aussi à formuler les contributions de la jeunesse pour le développement, la paix et à l'unité nationale. En guise de reconnaissance, les jeunes ont offert un cadeau au Chef de l'Etat à qui ils ont formé des vœux de santé, de paix, de succès tout au long de cette nouvelle année.
Mais au-delà du cérémonial, cette rencontre a surtout permis de faire le bilan de la croisade amorcée en 2014 et les nouvelles actions envisagées pour la lutte contre le chômage.
Selon Appolinaire Houénou, Conseiller technique à l'emploi du Chef de l'Etat, l'année 2014 a été marquée par la création de 17.015 emplois directs répartis dans tous les secteurs. En 2015, confie-t-il, la loi des finances prévoit la création de 15.876 emplois, dont plus de 8.000 dans la fonction publique. Les structures d'accompagnement ne sont pas du reste. Dans ce cadre, l'Agence nationale pour l'emploi (Anpe) prévoit le recrutement de 3.750 nouveaux stagiaires d'ici fin mars. Mieux, le Chef de l'Etat a accédé favorablement à la doléance des 1.500 stagiaires en fin de contrat au titre de l'année 2014. Des instructions ont été données au DG Anpe pour le renouvellement immédiat de leur contrat. Quant au Fonds national pour l'entrepreneuriat et l'emploi des jeunes (Fnpeej), il est envisagé le financement de 1200 plans d'affaires pour les jeunes courant 2015. Un programme d'urgence sera également mis en place en faveur des maraîchers, assure Christophe Vignigbé, Directeur général du Fnpeej qui saisit l'occasion pour solliciter le parrainage du Chef de l'Etat pour la notification de crédit aux bénéficiaires du Programme de promotion de l'entrepreneuriat agricole (Ppea) du septentrion. Au titre de l'Office béninois du service de volontariat des jeunes, il est prévu le recrutement de 3.000 volontaires, qui seront déployés, d'ici fin mars au profit de l'administration.

"L'avenir est prometteur. Avec la jeunesse béninoise, nous devons édifier un avenir meilleur. Nous devons continuer à promouvoir le dialogue avec vous pour trouver les solutions à vos problèmes. Un véritable dialogue national avec la jeunesse, au terme duquel nous allons adopter un véritable pacte de la jeunesse autour des principes, des grandes orientations, des valeurs de la République et des nobles idéaux centres autour de l'emploi", martèle Boni Yayi, qui invite la jeunesse à jouer sa partition. Pour le Chef de l'Etat, au-delà des emplois salariés, l'avenir de la jeunesse réside dans l'auto-emploi. A cet effet, Boni Yayi exhorte ses interlocuteurs à tirer le meilleur parti des mécanismes mis en place par l'Etat pour la. Relation d'emplois indépendants. Le Chef de l'Etat promet par ailleurs la mise en place d'un observatoire de l'emploi et de la formation, pour le suivi, l'évaluation et la supervision générale des actions menées en matière d'emploi. Il annonce également l'ouverture prochaine de deux nouvelles banques pour le financement des projets des jeunes. Boni Yayi n'a pas manqué d'évoquer les autres sujets qui concourent à l'épanouissement de la jeunesse, notamment les loisirs, le sport, l'éducation, etc.

Bruno OTEGBEYE (Cell.Com/PR)